15. Maio 2021 - 20:00
Lyon, Métropole de Lyon, Departemental constituency of Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes, Metropolitan France, France, Lyon
Compartilhá-lo no:

VEREDAS DEL ARTE : Exposition d'artistes contemporains latino-américains | Sábado, 15. Maio 2021

Exposition virtuelle en 3D rassemble des artistes contemporains du Venezuela, la Colombie, le Costa Rica et le Mexique
Le 15 mai prochain, sera inaugurée l’exposition virtuelle « Veredas del arte » réunissant les œuvres de 18 artistes latino-américains contemporains sous le commissariat de Thamara BRYSON .

Jusqu’au 15 juin 2021, cette exposition sera visible sur https://www.veredasdelarte.com/ via la plateforme Kunstmatrix qui permet de voir en réalité augmentée les œuvres sélectionnées pour ce projet.

Basée essentiellement sur la diversité, « Veredas del arte » conjugue plusieurs discours, styles et formats issus du travail de créateurs appartenant à différentes générations et ayant différents parcours. Certains ont émigré et sont installés actuellement dans différents points d’Europe, États-Unis et d’Amérique latine.

Participent à cette exposition collective les venezueliens Rafael Arteaga, José Miguel Bermúdez, Starsky Brines, Dalia Ferreira, Enay Ferrer, Paul Parrella, Ramón Pimentel, Ronald Quiroz, Martha Rodríguez, Sofía Saavedra, Ariadna Sar, Julián Villafañe, María Angélica Viso, José Vívenes y Ana María Yanes; l’ucranienne-colombienne Oxana Montoya; la mexicaine Taeko Nomiya; et le Costaricien Carlos Poveda.
Pour Thamara Bryson, commissaire de l’exposition, il s’agit de “créer un chemin digital pour artistes latino-américains en France”. Ainsi, dans ces « Veredas » se croisent toute sorte de propositions, certaines dans la continuité, d’autres allants dans le même sens et d’autres à l’opposé.

Dans la continuité, il convient e souligner la présence d’Enay Ferrey, Starsky Brines, José Vívenes y Paul Parrella, formés à l’Institut Universitaire d’Études Supérieures d’Arts Plastiques «Armando Reverón ». Alors qu’ils restent des créateurs indépendants, il est coutume de les voir exposer ensemble depuis plusieurs décennies. Ils ont contribué, non seulement, à renouveler l’intérêt des nouvelles générations de vénézuéliens pour la peinture mais également, à illustrer les changements sociaux -y compris la crise- vécus dans leur pays au cours de dernières années.

Est également présent le peintre Rafael Arteaga, qui verse ses approches à la mémoire et même à l’onirique sur des scènes soigneusement composées. Ses œuvres figuratives dialoguent avec les subjectives images urbaines de Dalia Ferreira obtenues à partir de la photographie digitale intervenue.

Pour sa part, Taeko Nomiya qui manie l’appareil photo depuis son enfance, intègre depuis toujours ses deux identités culturelles –mexicaine et japonaise- sur ses images photographiques. Elle emploie, parmi d’autres ressources, l’usage de la double exposition.
Le quotidien et la féminité sont les thèmes des illustrations que présente Oxana Montoya. Dans ses pièces prédominent le blanc et le noir avec des accents de couleurs bien médités.
Ce maniement sobre -presque minimaliste- des palettes est aussi présent dans l’œuvre du peintre franco-venezuelien José Miguel Bermúdez Castillo, qui fait le pari de l’abstraction en moyen et grand format.
Sont également abstraites les œuvres de Ronald Quiroz, élaborée en technique mixte. Le chemin de la non-figuration continue avec la géométrie de Martha Rodríguez, qui présente une œuvre sobre en acrylique et plexiglas. Ses pièces dialoguent avec celles de María Angélica Viso, qui vient avec une ouvre basée en monochromies, couleurs primaires et une forme pure : el carré, intervenu avec d’autres motifs plus organiques.

Le costaricien Carlos Poveda a récolté une longue trajectoire dans le monde de l’art. Ses singuliers « bodegones gastronómicos » sont présents à l’exposition. À cette occasion, ses sculptures son servies en trois assiettes. Du plaisir de la table on passe à celui de la fête, au moins sur le plan thématique, avec les peintures de Ramón Pimentel, qui pose ses toiles des scènes et des portraits qui renvoient à la célébration de la rencontre avec l’autre.

L’intérêt pour la figura humaine et le portrait est présent dans l’œuvre d’Ariadna Sar, pour qui le nu féminin sert de point de départ pour rentrer dans un jeu de flous, d’ombres et lumières.

Les mêmes thèmes se reflètent dans l’œuvre de Julián Villafañe, même s’il aborde la représentation de ses personnages avec une technique picturale propre, basée dans l’intensité aussi bien des coups de pinceau que de la couleur, qui est le grand protagoniste.
Sofía Saavedra, ose également une sorte de figuration sur base d’autoportraits et de personnages masqués. Dans ses œuvres, elle joue avec l’apparent et l’occulte, l’érotique et le grotesque.

Comme point culminant, viennent les paysages d’Ana María Yanes, photographe dédiée à divers genres. Son œuvre appelle la nature nos comme toile de fond mais comme motif central de la vie.

“Veredas del Arte” a été réalisée avec le soutien de Radio Arte Venezuela en France, Galeria VAG en Urugyay, ****-mie bakery en Irlande, La Curda (bière artisanale faite par des vénézuéliennes en France) et We Love Making Fanes au Pérou.


Un projet conçu par Thamara Bryson

Thamara Bryson se consacre à la gestion artistique et culturelle internationale depuis plus de 15 ans.
Elle a travaillé pendant 10 ans avec la coopération culturelle française à Caracas et en 2015 a été envoyée à Paris par l’ambassade de France pour se former en Financement et Économie de la Culture.

En 2013, elle a coproduit le film documentaire Cruz-10 episodios.

En 2016, elle a obtenu le Master en Développement de Projets Artistiques et Culturels Internationaux à l’Université Lumière Lyon 2. Dans ce cadre, elle a participé au montage de l’exposition  FRIGO GENERATION au Musée d’Art Contemporain de Lyon, ainsi qu’à sa promotion dans les médias digitaux.

Actuellement, elle est la responsable éditoriale de « Radio Arte Venezuela » (web-radio associative, née à Lyon, qui s’est donnée pour mission d’offrir la vitalité festive de la culture vénézuélienne et latino-américaine) et à pris en charge, également, la coordination et la promotion de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes en France avec la Maison de l'Amérique Latine Auvergne-Rhône-Alpes. 

Programmation parallèle sur IG @thamarabryson

20 de mayo
Interview de Ana Victoria Borga -
Consultante en art à la VAG Gallery - Les
Collectionneurs d'art (confinés) dans le
contexte actuel.

27 de mayo
Interview de Paul Parrella, fondateur de
La Casa Nómada - L’apprentissage de
l’art en ligne est-il vraiment efficace ?

3 de junio
Interview de Alantl Molina, commissaire
de l'exposition de Nippon América -
L'importance d'alliances stratégiques
dans l'art.

10 junio
Interview de Kiki Pertiñez - Directrice
d'EKIPAO. L'art aussi est un migrant.